« Dans les 7 Vallées, l’ouverture d’un centre de vaccination n’est plus une option »

Le maire d’Hesdin et président de la communauté de communes des 7 Vallées prend acte de la décision des services de l’Etat d’imposer de nouvelles mesures drastiques pour enrayer la progression de l’épidémie dans le Pas-de-Calais.

Bien que le secteur des 7 Vallées soit jusqu’alors plutôt préservé, il convient de se montrer solidaire à l’égard des territoires voisins.

En revanche, la perspective d’un nouveau reconfinement génère une certaine incompréhension. « Cette décision n’est pas celle des élus. Elle va porter un nouveau coup dur à l’économie touristique et à l’ensemble des commerçants et artisans. Les vacanciers s’arrêteront tout simplement à la baie de Somme. Nous sommes nombreux à ne pas comprendre pourquoi le département du Pas-de-Calais est le seul concerné alors que 19 autres sont placés sous ‘surveillance renforcée’. » précise Matthieu Demoncheaux.    

Une incompréhension d’autant plus perceptible que le Pas-de-Calais et le Montreuillois en particulier est le « parent pauvre de la politique nationale de vaccination ».

Un centre avant le 15 mars

« Si on nous demande un nouvel effort, il faut que l’Etat assume aussi ses responsabilités et envoie suffisamment de doses de vaccins pour inverser la courbe de l’épidémie du département. Plus que jamais je relance la question du centre de vaccination dans les 7 Vallées. Jusqu’alors, j’ai fait preuve de patience mais aujourd’hui le contexte l’impose. J’exige de la part de l’Etat l’ouverture d’un centre avant le 15 mars. Les besoins humains et matériels sont mobilisables en quelques heures et nous sommes en mesure de déployer des équipes mobiles de vaccination pour être au plus près du monde rural.» ajoute le président de la communauté de communes des 7 Vallées.

X